PAWOL PA NI KOULÈ. Incidences subjectives du bilinguisme créole-français aux Antilles

PAWOL PA NI KOULÈ[1]

Incidences subjectives du bilinguisme créole-français aux Antilles
24-27 Octobre 2013
Guadeloupe

P.Donatien-Yssa, « Soul amer »

Colloque international de l’Association Lacanienne Internationale (A.L.I.)
organisé par
l’École Régionale ALI-Antilles
Hôtel Novotel Fleur d’Epée
Gosier Guadeloupe

 Depuis plus de vingt ans, les psychanalystes exerçant aux Antilles au sein du GAREFP et de L’ALI-Martinique devenue depuis 2 ans ALI-Antilles, ont élaboré à partir de leur clinique un important travail avec Charles Melman, psychanalyste, sur la question du lien social et de l’inscription de la psychanalyse aux Antilles.

Comme nous le savons depuis Freud la psychanalyse est une cure par la parole. En créole, il est dit pawol en bouch pa chaj [2]. Comment la psychanalyse peut-elle opérer à partir d’une parole en langue créole ?
La langue de l’intimité qui naît dans les premières relations mère-enfant charpente le corps et en fait un corps de parole. C’est une langue première qui ne peut être contre-dite. Elle inscrit une grammaire, un nombre, la différence des sexes. Elle assure ensuite, d’une génération à l’autre, la transmission de la connaissance. Aux Antilles, quelle est la langue des apprentissages, quelle est la langue qui inscrit dans le lien social ? Dans quelle langue se tisse la parole ? Est-ce le créole, est-ce le français, est-ce une langue autre, qui nouerait l’économie subjective dans une continuité entre ces deux langues ? Dans quelle langue se soutient le désir ?
Qu’advient-il quand, structurée en créole, la parole cherche son assise dans la langue française ou l’inverse ? Dé towo pa ka koumandé on menm savann[3]!
Dans les apprentissages, dans les cures psychanalytiques, dans le lien social, quels sont les effets de ces deux langues ? La violence, verbale ou physique, prégnante dans le lien social, est-elle la résultante d’une langue en souffrance dans l’autre langue?
L’ALI-Antilles invite psychanalystes, psychologues, linguistes, sociologues, écrivains, artistes, enseignants, médecins… à participer à l’élaboration de ces questions telles qu’elles se posent à partir du bilinguisme créole français, en Guadeloupe et en Martinique.
La rencontre organisée par l’ALI-Antilles sur les incidences subjectives de ce bilinguisme aura lieu les 24, 25, 26, 27 Octobre 2013 en Guadeloupe. En Guadeloupe où « les guadeloupéens ont depuis très longtemps, très progressivement, été très ancrés dans leur culture créole, dans leur langue créole» comme le soulignait le linguiste Jean Bernabé lors de l’une de nos rencontres préparatoires.
Nous aurons ainsi à débattre de questions complexes, peut être mieux lisibles aux Antilles, qui concernent nous dit Charles Melman, «des problèmes généraux de notre rapport à la langue et à l’habitation qu’elle nous donne en tant que parlêtre».
[1] la parole n’a pas de couleur (traduction littérale)
[2] la parole dans la bouche n’est pas une charge. (traduction littérale)

[3] Deux taureaux ne commandent pas la même savane (traduction littérale)

…………………………………………………………………………………………………………………..

PROGRAMME

JEUDI 24 Octobre

Questions posées à la psychanalyse par le bilinguisme créole français

Présidente : Dany Ducosson, Discutante: Angella-Jesuino-Ferretto

14h00 – Ouverture du colloque Philippe BERTÉ, Psychanalyste Président de l’ALI-Antilles Angela JESUINO-FERRETTO, Psychanalyste

Présidente de l’Association Lacanienne Internationale

14h30 Présentation des travaux Jeanne WILTORD, Psychiatre, Psychanalyste

14h45 – Introduction du G.A.R.E.F.P Marie-José CORENTIN-VIGON, Psychanalyste G.A.R.E.F.P

15h15 – Genèse des créoles à partir d’une lecture de Robert Chaudenson, Linguiste. Marie-José EMMANUEL, Professeur de Lettres

15h45 – Pause

16h15 – Le couple populaire/distingué dans la pratique de la langue dite créole Juliette SMERALDA, Docteur en sociologie, Chercheur associé CEREGMIA, Ecrivant,

Enseignante IUFC/UAG

17h00 – D’une langue de proximité à l’universalité Térèz LEOTIN, Écrivain

18h 30 Cocktail

 

VENDREDI 25 Octobre

Marquer en créole

Présidente : Franciane Converty, Discutante : Marie-José Emmanuel

8h30 – Ce que le créole dit du Corps, de l’Espace et du Temps Hector POULLET, Professeur de créole, Scénariste de bande dessinée

Dany DUCOSSON, Psychiatre

9h15 – L’Éclat du créole dans le discours d’Évane d’après «Les villes assassines» roman d’Alfred Alexandre

Marie-Berthe EMMANUEL , Chargée d’Etudes documentaires 10h00 – Pause

10h30 – L’Ecrivain entre les deux langues Alfred ALEXANDRE, Écrivain, Enseignant-Formateur

11h15 – Questions sur certaines formes de négations en créole et en français Philippe BERTÉ, Psychologue clinicien, Psychanalyste

12h00 – Pause déjeuner

 

A propos du traitement du corps en créole

Président : Hector Poullet, Discutante : Marika Bergès

14h30 – Le corps engagé dans le bilinguisme Marie-Nadiège YERRO, Psychologue clinicienne, Psychanalyste

15h15 – Du passage d’une langue à l’autre Maria BRIAND-MONPLAISIR, Psychologue clinicienne, Psychanalyste

16h00 – L’en goût de qui, langue guette qui, landjèt ki moun Victor LINA, Psychologue clinicien

16h30 – Pause

16h45 – Aspect du bilinguisme en Guadeloupe en 2012 à partir de la représentation de la locution «tout kò an mwen ka fè mwen mal»

Dr Dominique HODEBAR, Spécialiste en Médecine Générale

17h30 – Mes expériences personnelles et autres avec le bilinguisme Aldo NAOURI, Médecin Pédiatre

 

18h45 -20h30 – Table ronde avec Aldo Naouri : Entrée gratuite

«Quelles questions se posent dans la relation entre un enfant et un médecin là où c’est la mère qui adresse la demande»

 

SAMEDI 26 octobre

L’écoute clinique de la muette

Président : Philippe Berté, Discutante : Jeanne Wiltord

8h00 – L’r de la langue Marie-Line LOUISE-JULIE, Psychologue clinicienne, Psychanalyste G.A.R.E.F.P

8h45 – Pawòl an bouch pa chaj Franciane CONVERTY, Psychologue clinicienne

9h30 – De l’intraductible d’une langue à l’autre Roberte COPOL-DOBAT, Orthophoniste, Psychologue clinicienne, Psychanalyste

10h15Pause

10h45 – « Nous sommes tous bi ! » Marc MORALI, Psychiatre, Psychanalyste

11h15 – D’une langue à l’autre – cas du Maroc Souad HAMDANI, Pédiatre, Psychanalyste

12h00 – Zunzunzum : pas de créole au Brésil Angela JESUINO FERRETTO, Psychanalyste

12h45 Pause déjeuner

 

De la langue à la lalangue

Présidente : Marie-Nadiège Yerro, Discutant : Marc Darmon

14h30 – Lalangue et la langue Marika BERGES, Psychologue clinicienne, Psychanalyste

15h15 – Du bilinguisme historique traumatique au bilinguisme de structure Gérard AMIEL, Psychiatre Psychanalyste

16h00 Pause

16h15 – Une subjectivité dans un travail d’artisan pas à pas Jean-Marie FORGET, Psychiatre, Psychanalyste

17h00 – Langue créole et la lalangue- Remarques et hypothèses Jeanne WILTORD, Psychiatre, Psychanalyste

 

18h30-20h30 – Table ronde dans le cadre du «Mois du Créole » : entrée gratuite «Questions posées par la violence dans les sociétés de Guadeloupe et de Martinique»

Avec des professionnels de l’action Eéducative et du milieu judiciaire

ALI-Antilles en partenariat avec le Conseil Général de Guadeloupe

 

DIMANCHE 27 octobre

Vers une topologie du sujet bilingue créole français

Présidente : Roberte Copol-Dobat, Discutant : Jean-Marie Forget

8h00 – Les modalités et paramètres de la créolisation Jean BERNABÉ, Linguiste, Professeur émérite, Université des Antilles et de la Guyane (UAG), GEREC-F

8h45 – Le déplacement de la langue et le renversement du sujet Diglossie et Glossalgie

Jacques COURSIL, Linguiste, Professeur émérite, Université des Antilles et de la Guyane (UAG) 9h00 – pause

9h30 – Lalangue et l’élangues Marc DARMON, Psychiatre, Psychanalyste

10h15 – Le bilinguisme : un fait général Charles Melman, Psychiatre, Psychanalyste, Fondateur de l’ALI

EN PARTENARIAT AVEC LE

CONSEIL GÉNÉRAL DE LA GUADELOUPE

Contact : Roberte Copol-Dobat 0696 34 94 37

Marie-José Emmanuel 0696 27 65 65

Secrétariat Ali-Antilles 0690 46 91 26

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *